#2926 02-01-2018 07:45:09

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Brèves du sport business et de la TV payante – n°231

Les capitaux chinois vont se trouver largement freinés pour investir dans les clubs de football en Europe. Afin de lutter la fuite des capitaux, le gouvernement chinois a décidé bloquer les investissements à l'étranger dans de nombreux secteurs d'activité dont le football.
Les investissements actuels ne sont pas concernés. En France, 4 clubs sont concernés à des degrés divers : Lyon, Nice, Auxerre et Sochaux. 
La dernière acquisition en Europe est l’AC Milan pour 740 millions.  En 2016, les emplettes se sont portées sur 11 clubs : La Haye, Espanyol Barcelone, Inter Milan, Grenade, OGC Nice, AJ Auxerre, Wolverhampton, West Bromwich Albion, Birmingham City).

Investissements chinois
L’internationalisation ou la mondialisation du foot se mesure aux investissements chinois dans les clubs en Europe. Le dernier exemple en date étant la prise de 20% du capital de l’Olympique Lyonnais. Un récapitulatif de visactu permet de faire un point sur ces investissements qui sont (pas toujours) synonymes de bons résultats sportifs. Mais au moins, pour certains, ces investissements sont un peu plus en "sécurité" en Europe. 
Il faut rappeler que les investissements chinois ne touchent pas que le foot. En 2015, le total des ces investissements a atteint le montant de 130 milliards d’euros.

http://nsa37.casimages.com/img/2016/09/06/1609061043267118.png

Investissements en France
Le mouvement touche également la France. Après le PSG et Monaco, l’OL et l’OM sont les deux derniers exemples des investissements étrangers et non-européens réalisés.

http://nsa38.casimages.com/img/2016/09/06/160906104739267074.png


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2927 03-01-2018 07:20:39

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Liberation (20/12) s’est penché sur le montage financier de Xavier Niel pout le rachat de l’opérateur irlandais EIR.

Pour rappel, Via sa holding NJJ et Iliad Xavier Niel vient d’acquérir pour 640 millions d’euros et 64,5% dans EIR, l’opérateur historique en Irlande. Via une option d’achat, il pourra détenir 100% du capital en 2024.

Eir est un opérateur fixe et mobile ave le plus grand réseau de fibre optique en Irlande. Il détient 32% de part de marché dans le fixe et 18% dans le mobile. Son chiffre d'affaires s'est hissé à (exercice clôturé au 30 juin 2017) 1,3 milliard d'euros tandis que l'Ebitda ajusté est de 520 millions d'euros. Il emploie 3400 personnes. A ce stade, la dette d’EIR ne sera pas consolidée dans les comptes d’Iliad.

Libération cite une source interne chez Iliad qui évoque une opération « atypique». Pour le quotidien : " Le deal comporte une clause qui n’a rien d’anecdotique : Iliad dispose d’un droit d’achat en 2024 sur 80 % de la future participation de NJJ dans Eir. A la condition d’un "prix égal à la valeur de marché (déterminée par un expert indépendant) diminuée d’une décote de 12,5 %". Ce qui, malgré ce rabais, laisse entrevoir à Niel la perspective d’une plus-value si l’opérateur irlandais améliore ses résultats financiers.".

En fait, il s’agirait pour Xavier Niel de ne pas consolider la dette de Eir au niveau d’Iliad, car Eir est endetté à hauteur de 2 milliards d’euros et pourrait plombé les comptes de la société mère.
Si Eir se redresse, Iliad devrait donc payer le prix fort à NJJ. Ne pas faire remonter la dette dans la maison mère : une opération qui pourrait (presque) faire passer Patrick Drahi pour un enfant de cœur...


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2928 04-01-2018 07:27:07

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Orange Pologne est le principal opérateur polonais de télécommunications, opérateur historique issu de l'ancien monopole d'État et de la fusion de Telekomunikacja Polska et PTK Centertel. Il est contrôlé par Orange (49,79 % des actions, à travers un consortium l'alliant à Kulczyk Holding, le reste appartenant à divers investisseurs, dont la Bank of New York - 9,98 %, et l'État polonais - 3,87 %). Source : Wikipedia.

Généralités sur le marché fixe et mobile
Orange Pologne a une part de marché de 29,3% dans le mobile (en légère hausse) et de 27,9% dans le fixe (en légère baisse).

http://nsa37.casimages.com/img/2017/04/10/170410034757228412.png

Mobile
Dans le document de référence, sur le marché du mobile, Orange indique : "la Pologne compte quatre principaux opérateurs de téléphonie mobile : Orange Polska, T-Mobile (entièrement détenu par Deutsche Telekom), Polkomtel (opérant sous la marque PLUS, en combinaison avec Polsat Cyfrowy, diffuseur TV et plateforme de télévision satellitaire, détenus par l’homme d’affaire polonais Zygmunt Solorz-Zak), et P4 (détenu par Tollerton Investments Ltd et Novator Telecom Poland SARL, opérant sous la marque Play). En 2016, les quatre principaux opérateurs mobiles représentaient 98 % du nombre total de carte SIM actives en Pologne.".

Sur son activité mobile : "Orange Polska comptait environ 16 millions de clients mobiles à fin 2016, en légère hausse d’environ 84 mille, soit + 0,5 % par rapport à fin 2015. Les forfaits d’abonnement ont augmenté de 1,1 million, dans le prolongement d’une excellente dynamique commerciale démarrée en 2015.".

Fixe
Pour son activité fixe, Orange indique : "Orange Polska a enregistré en 2016 une baisse de 68 000 accès fixe haut débit contre 136 mille en 2015. Le ralentissement du déclin résulte entièrement d’une augmentation de 50 % de la base de clients très haut-débit (…) La part des services très haut-débit est ainsi passée à environ 25 % des accès fixe haut débit (contre 15 % à la fin de 2015). L’ARPU du haut débit a légèrement diminué en 2016, les effets d’importantes réductions de prix en 2015 ayant été partiellement compensés par les ventes croisées de services.".


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2929 05-01-2018 07:31:41

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Indicateurs sur le marché fixe et mobile
Sur le fixe, les résultats ne sont pas bons. Orange limite la casse en vendant un peu plus de services (tv, téléphone). Sur le mobile, la base client est là, avec une part de plus en plus majoritaire sur les forfaits. Par contre l’ARPU baisse de façon spectaculaire.

Mobile
http://nsa37.casimages.com/img/2017/04/10/170410040706876116.png

Fixe
http://nsa37.casimages.com/img/2017/04/10/170410040636680377.png


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2930 08-01-2018 07:40:55

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Il y a quelques mois (et comme chaque année), Orange a publié son document de référence 2016. C'est l’occasion de mettre en lumière quelques données générales et plus particulièrement sur Orange en Pologne. Pays qui est devenu le troisième marché d'Orange.

Chiffre d’affaire et récapitulatif
Le chiffre d’affaire est en baisse sensible et la rentabilité s’étiole. Malgré ces clignotants dans le rouge, Orange a augmenté la part de ses investissements dans le réseau. La croissance repose sur le développement de la 4G : vente de terminaux et des forfaits qui vont avec. 

Chiffre d’affaire
http://nsa38.casimages.com/img/2017/04/10/170410041759768464.png

Récapitulatif
http://nsa38.casimages.com/img/2017/04/10/17041004200873642.png


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2931 09-01-2018 07:14:41

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°268

Couverture mobile
Alors que la date butoir était prévue pour la fin de l’année, l’accord entre l’Etat et les opérateurs sur l’accélération de la couverture mobile se fait attendre.

Le deal tournait autour d’une meilleure couverture mobile dans certains territoires ruraux et de montagne contre une prolongation de la durée des licences qui arrivent à leur terme. Les licences arrivent à échéance en 2021 pour SFR et Orange, en 2024 pour Bouygues Telecom et en 2030 pour Free.

Sauf que Bercy ne souhaite pas spécialement voir disparaitre cette rentrée financière. Pour rappel, selon la FFT (Fédération française des télécoms), cela a représenté 6,3 milliards d’euros pour des fréquences 2,6 GHz, 800 MHz et 700 MHz. Le gouvernement s’était donc fixé la fin de l’année si les négociations n’aboutissaient pas et envisageait de passer en force.

D’autre part, le gouvernement veut que 5000 antennes soient mutualisées. Orange et SFR sont opposés et estiment qu’ils n’ont pas à faire la courte échelle à Bouygues et à Free, qui trouvent de leur côté la note trop salée et la mutualisation pas assez forte. Selon Le Monde, les demandes du gouvernement exigent un investissement supplémentaire compris entre 3 et 4 milliards d’euros d’ici à 2022 pour la construction de plus de 10 000 antennes supplémentaires.

Le deal reste à faire...(ou pas) !

SFR
Altice a annoncé a annoncé la séparation de ses activités américaines de ses activités européennes : les premières, Altice USA, sont prospères tandis que les secondes le sont un peu moins.

Techniquement, les actionnaires de la maison mère Altice NV recevront chacun des actions d’Altice USA : cette société cotée vivra sa vie outre-atlantique, tandis que Altice NV, réduite aux activités européennes, sera rebaptisée Altice Europe. Le tout chapeauté par P.Drhi himself…

Altice Europe se réorganisera en trois entités : Altice France, Altice International (active au Portugal, en Israël et en République dominicaine) et une nouvelle filiale de télévision payante. Altice espère avoir bouclé ces opérations, avec les contraintes légales afférentes, avant la fin du premier semestre 2018 (Le Monde, 09/01).

Cela permettra à Altice USA de vivre sa vie sans être plombé par la dette et d’avoir (logiquement) une plus grosse transparence sur chaque entité.

Quelques mois après le retrait de la cotation boursière, c’est le retour de l’entité SFR par la grande porte ! Trop d'agilité va tuer l'agilité !


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2932 10-01-2018 07:31:59

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Altice a annoncé a annoncé la séparation de ses activités américaines de ses activités européennes et celles-ci sera se organiser en trois entités : Altice France, Altice International (active au Portugal, en Israël et en République dominicaine) et une nouvelle filiale de télévision payante.

Cette nouvelle organisation va permettre à Altice USA d’être débarrassé de la dette européenne. Même si cela donne de l’air, la dette globale continuera d’exister. En Europe, SFR va vraiment devoir regagner des clients et refaire le terrain perdu 

Lors de la présentation de ses résultats à fin septembre, Altice avait publié un graphique (via La Tribune) sur le planning de remboursement de sa dette afin de montrer l’évolution des remboursements de la dette entre 2017 et 2028. Sur 2016 et 2017, Altice a refinancé pour environ 34,8 milliards d'euros de dettes au total. 85% de sa dette est financé à taux fixe, ce qui le met à l’écart d’une remontée des taux. Il n’y a donc pas d’échéances majeures avant 2021.

http://nsa39.casimages.com/img/2017/12/17/1712171006208962.png

Reste que les marges financières n’existent plus, d’autant que trois ans après le rachat de SFR par Altice, les résultats commerciaux ne sont pas là : 472 000 clients perdus sur le fixe (de 6,3 millions au T3 2014 à 5,8 millions au T3 2017) et 1,205 million sur le mobile (de 21,4 millions au T3 2014 à 20,2 millions au T3 2017).

Sur le fixe et sur le segment mobile grand public, Free est passé devant SFR.


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2933 11-01-2018 07:15:46

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Brèves du sport business et de la TV payante – n°232

Droits Tv Ligue 1
Comme annoncé, la LFP est entre en contact avec Amazon et Facebook pour examiner les possibilités pour qu’ils puissent participer à l’appel d’offres sur les futurs droits de la Ligue 1.

Quand cet appel d’offres sera-t-il lancé ? C’est L’Equipe (version papier du 10/01) qui l’annonce, la LFP va attendre la prochaine saison pour lancer son appel d’offre. Alors qu’il y a quelques mois, Altice était attendu comme le nouveau messie, le changement de cap de l’opérateur a freiné l’enthousiasme de la LFP. Facebook ou Amazon ne devraient pas concourir pour une exclusivité, malgré l’appel du pied de la LFP.

Droits tv en Angleterre
Chez nos voisins, un début de mauvaise nouvelle pour les propriétaires de la Premier League ? SKY et BT ont annoncé qu’ils allaient distribuer chacun les chaînes de l'autre. Ce qui devrait limiter les risques de voir les prix s'envoler, ou un lot leur échapper, alors que la Premier League vient de lancer un nouvel appel d'offres pour les saisons 2019 à 2022, dont les résultats sont attendus pour février.

Cela devra limiter la guerre commerciale entre les deux groupes. Lors des dernières enchères en 2015, les deux groupes avaient accepté de débourser 5,8 milliards d’euros à eux deux sur trois ans, soit une hausse de 70 %. Reste à voir ce que feront Facebook ou Netflix.

De son coté, Amazon souhaiterait acquérir les droits de la Premier League. C’est ce qu’affirme Bloomberg (Le Monde, 05/01). Amazon s’intéresserait au plus petit des sept packs de la compétition, qui regroupe chacun entre 20 et 32 matchs. Cela lui permettrait de mettre du contenu à son offre de vidéo payante.

Cet accord pourra-t-il être reproduit en France entre Canal+ et SFR ?  En juin 2016, L'Autorité de la concurrence avait retoqué le projet d'accord de distribution exclusif que Canal + souhaitait conclure avec BeIN Sports. Avant de le lui permettre un an plus tard, à condition d'accepter qu'un distributeur tiers puisse aussi la proposer en la facturant en plus.

Droits tv en Italie
Les droits tv du Calcio de 2018 à 2021 vont bientôt être remis sur le marché et l’International Bank of Qatar est prête à investir 13 milliards d'euros pour les dix prochaines saisons afin de les revendre ensuite à des chaînes de télévision. Un e-mail, dont se fait largement écho la presse italienne dont le « Corriere della Sera », aurait été envoyé le mois dernier.

En juin dernier le dernier appel d’offre avait échoué, Sky Italia n’avait proposé que 495 millions d’euros, alors que la Ligue en espérait 1,2 milliard. Pour ce nouvel appel d’offre, la Ligue a mis la barre à 1,05 milliard. Lors de la période précédente Sky et Mediaset avaient déboursé 946 millions d’euros.

A ce jour, ni Mediaset, ni Vivendi n’ont a annoncé qu’ils se porteraientt candidat. Les deux groupes sont en négociations pour trouver un deal sur la télévision payante. Vivendi a annoncé la création d’une coentreprise entre Telecom Italia et Canal+. Canal + va soutenir Telecom Italia dans l'acquisition de droits et la production de films et de séries télévisées mais aussi de droits sportifs.

Droits tv en Espagnel
Alors que certains experts estiment que les futurs droits tv de la Ligue 1 pourraient atteindre jusqu’à 1,2 milliards d’euros, le football espagnol souhaite atteindre 2,3 milliards d’euros pour les droits tv Pour la période 2019-2022. L’appel d’offre pourrait être lancé en mars 2018.
A la fin de la saison actuelle, les droits domestiques devraient atteindre 1,1 milliard et 700 millions pour ceux à l’international.

Dernière modification par Hammett (11-01-2018 07:19:36)


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2934 12-01-2018 06:50:12

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Après la publication de l’observatoire de l’AFNR au 31 décembre, un récapitulatif sur les supports 4G en service via l’observatoire  2G, 3G et 4G publié par l’ANFR.

Avec 52,420 sites, le cumul des supports 4G en service augmente de 7,1% par rapport à septembre 2017 ce qui est une petite augmentation par rapport au trimestre précédent et de 37,8% par rapport à décembre 2016.

http://nsa39.casimages.com/img/2018/01/11/180111090908212804.png

Bouygues est premier : 14,592 sites en service, soit une augmentation de 6,7% par rapport au 30 septembre et de 37,7% sur un an. Bouygues (via la mutualisation avec SFR) poursuit fortement sa route, mais semble gérer.

SFR repasse numéro 2 avec 14,129 sites, soit une augmentation de 6,4% par rapport au 30 septembre et de 43,7% sur un an.  SFR qui n’avait plus vraiment le choix a rattrapé son retard et se tire la bourre avec Orange pour la place de numéro 2, C’est lui qui a le plus progressé sur an, même si c’est en baisse sur le dernier trimestre.

Orange est repassé troisième : 14,032 sites, soit une augmentation de 8,5% par rapport au 30 septembre et de 39,8% sur un an. Orange est sortie de sa léthargie et a repris un peu sa marche en avant, mais pas assez pour garder sa deuxième place. Le trimestre est bon, il va falloir faire plus pour repasser devant SFR.

Free ferme la marche avec 9,667 sites, soit une augmentation de 8,4% par rapport au 30 septembre et de 27,7% sur un an. Free, avance mais a mis le pied sur le frein sur l’année, mais fait un bon dernier trimestre.


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2935 15-01-2018 07:46:48

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°269

Couverture mobile
Dans le JDD, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien Denormandie a annoncé qu'un accord avait été signé vendredi entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile et l'Etat afin d' assurer une meilleure couverture en France.

Pour lui avec cet accord il n’y aura plus de zones blanches en téléphonie mobile. C’est un accord qui prévoit 3 milliards d’investissements supplémentaires en trois ans pour 5.000 installations supplémentaires par opérateur. A terme, il ne devrait donc plus y avoir (enfin) de zones blanches et la qualité de service devrait également être au rendez-vous, l'accord prévoit de couvrir 30 000 kilomètres lignes SNCF  et de passer les sites 2G/3G vers la 4G.

En contrepartie, l’Etat renonce à faire payer les licences de téléphonie mobile. Le renouvellement sera donc automatique. Les licences arrivent à échéance en 2021 pour SFR et Orange, en 2024 pour Bouygues Telecom et en 2030 pour Free. Par ailleurs, l’accord est contraignant, si il n’est pas respecté, il y aura des sanctions.

L’Arcep assurera de la bonne exécution de l’accord. Pour le régulateur : "les opérateurs mobiles s’engagent à : (...) démultiplier le rythme des programmes ciblés d’amélioration de la couverture et dans ce cadre construire chacun au moins 5000 nouveaux sites sur tout le territoire, parfois mutualisés, qui iront désormais au-delà des zones dites « blanches » et dont la charge sera désormais intégralement prise par les opérateurs (...) généraliser la réception en 4G ce qui implique de l'apporter à plus d’un million de Français sur 10 000 communes, en équipant en 4G tous les sites mobiles"

Pour rappel, sur le fixe, le cadre a été fixé au mois de décembre par le premier ministre dans un déplacement dans le Lot. Le Gouvernement veut accélérer les efforts de couverture fixe afin d’atteindre un minimum de bon débit (8 Mbits/s) en 2020 et le très bon débit (30 Mbits/s) deux ans plus tard. Là où la fibre est difficile à installer, il a prévu une rallonge de 100 millions d'euros pour déployer le très haut débit via des technologies annexes.

D’autre part, le gouvernement compte mettre en place un cadre plus strict dans les zones AMII ZMD. C’est là que SFR et Orange déploient et que le retard est le plus important, les opérateurs – eux - assurent qu’ils seront dans les temps. Accessoirement, selon un accord conclu en 2011, Orange est censé raccorder 90 % des foyers et SFR 1%. A la demande de SFR, c’est la justice qui tranchera, le gouvernement s’en tenant au statu quo.

Sur les zones peu denses, les collectivités pourront aussi faire appel à des opérateurs privés à travers une nouvelle procédure à mettre en place. Il restera aux opérateurs à se manifester. Sur les zones encore moins denses, le Gouvernement va proposer un chèque de 150 € pour une solution par la 4G, par la boucle locale radio ou par le satellite.

A suivre...

Altice
Dans le cadre de sa réorganisation, Altice a annoncé la création d’une entité télévision payante. Cela va lui permettre (éventuellement) de pouvoir vendre SFR Sport (si celle-ci est renommée), mais aussi de répartir le poids des investissements dans le foot sur le groupe et plus seulement sur SFR.  A terme, si cela se passe mal, Altice peux aussi vendre cette entité.
Si Altice veut amortir les droits de la premier League et s’il veut participer aux enchères des prochains droits de Ligue 1, il va lui falloir trouver de nouvelles recettes et dons s’ouvrir.

Est-ce une ouverture ? lors de la journée « investisseurs » organisée à Londres le 7 décembre dernier, Stéphane Richard a réaffirmé qu’Orange ne participerait pas aux futures enchères sur les droits de Ligue1. Par contre : "Les investissements dans les contenus pourraient aller vers des partenariats entre opérateurs plutôt que dans la confrontation frontale (…) Nous sommes ouverts à la question afin d'aller vers un partenariat gagnant-gagnant.".

Dernière modification par Hammett (15-01-2018 07:47:13)


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2936 16-01-2018 07:25:30

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

L'ARCEP vient de publier son "Observatoire des marchés des communications électroniques en France 3ème trimestre 2017 - résultats définitifs - ".

1- Nombre d’abonnements haut et très haut débit (chiffres ARCEP)
http://nsa39.casimages.com/img/2018/01/12/18011208084587588.png

Evolutions
Globalement, sur les 12 derniers mois le marché poursuit sa croissance avec un taux de 2,8%, c’est baisse régulière par rapport aux trimestres précédents. Sur les douze derniers mois la croissance est de 782 000 nouveaux abonnements. Sur le dernier trimestre, l'ARCEP calcule 175 000 nouveaux clients.

Le nombre d'abonnements à haut débit s'élève à 21,723 millions, soit un recul de 668 000 sur un an et une baisse de 187 000 sur le trimestre. La tendance est à l’accélération de la baisse. 

Le nombre d'abonnements à très haut débit s'élève à 6,508 millions, soit une hausse de 1,450 million (dont 988 000 pour le Ftth) sur un an et une hausse de 362 000 (dont 261 000 pour le Ftth) sur le trimestre..

Pour l’ARCEP : "La majorité de la croissance du nombre de souscriptions au très haut débit (68% ce trimestre) est portée, depuis le quatrième trimestre 2015, par les abonnements en fibre optique de bout en bout (2,9 millions, +990 000 en un an au troisième trimestre 2017), qui représentent désormais 10% des accès internet.  (…) Fin septembre 2017, le nombre de souscriptions au très haut débit représente 38% du nombre de logements éligibles au très haut débit toutes technologies confondues (+5 points en un an)..". Le constat était identique pour le T1 et pour le T2.

2- Récapitulatif calculé à partir des communiqués des FAI
http://nsa39.casimages.com/img/2018/01/12/18011208060515643.png

Précisions
- Les données (exprimées en milliers) sont compilées à partir des communiqués publiés par Bouygues, Free, Orange et SFR. 
- La catégorie « autres » est calculée en prenant le total des abonnement haut et très haut débit publié par l’ARCEP à fin septembre 2017 et en défalquant les totaux de Bouygues, Free, Orange et SFR à fin septembre.
- On y trouve donc par exemple les opérateurs DCOM, il y a également les opérateurs professionnels et les opérateurs locaux, les FAI alternatifs.
- Pour lire le tableau : Orange est à 40,4% de parts de marché avec 11,402 millions de clients et a recruté 346 000 nouveaux clients entre le T3 2016 et le T3 2017, soit une augmentation de 3,1% de sa base clientèle.


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2937 Hier 07:31:03

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Bouygues Telecom vient de perdre contre le Conseil D’Etat. Il s’agit (encore) du dossier de l’itinérance de Free sur le réseau mobile d’Orange. Bouygues avait mené une bataille juridique qui l’avait poussé jusqu’au Conseil d’Etat et mi-décembre, celui-ci a donné raison à l’ARCEP contre Bouygues.

D’autre part, le Conseil d’Etat a donné tort à Free, qui estimait que la mutualisation entamée entre Bouygues Telecom et SFR n’avait pas d’assises juridiques. L’ARCEP avait validé cet accord au printemps 2016.

Activisme juridique
Pour rappel, Bouygues Telecom a déposé une dizaine de plaintes depuis la décision en 2009 d'allouer des fréquences à un 4ème opérateur. Ses différents mémoires adressés aux autorités judiciaires totalisent plus de 1.000 pages (Les Echos, 13/12).

En novembre 2014, Bouygues a assigné Free devant le Tribunal de Commerce pour concurrence déloyale concernant les pratiques de Free avec l’itinérance Orange. Bouygues estimait le préjudice à 411 millions d’euros. Avec la réponse du Conseil d’Etat, cela devrait éclaircir le débat.

L’itinérance d’Orange est le sujet favori (l’obsession) de Bouygues. Il a également mené une guérilla juridique contre l’ARCEP, mais sans que cela ne change grand-chose sur le calendrier et sur le fond.

L’activisme juridique de Bouygues Telecom a été jusqu’à demander – via un courrier en décembre 2015 au Premier Ministre - un dédommagement de 2,285 milliards d’euros à l’Etat pour absence d’encadrement d’itinérance. Le dossier est dans les limbes…

Selon Les Echos (01/09) : "Bouygues Telecom s'est désisté début juillet de sa saisine déposée auprès de l'Autorité de la concurrence, contre Orange et Free qu'il accusait d'entente, lors de la conclusion de leur contrat d'itinérance. L'Autorité s'apprêtait à rejeter cette plainte".

Longue histoire
Mi-juin 2016 Orange et Free avait annoncé la signature d’un accord en vue d’une fin progressive de l’itinérance 2G/3G à partir de début 2017 pour se terminer à la fin de l’année 2020. A l’origine, l’accord d’itinérance a été signé en 2012 et devait se terminer initialement en décembre 2017.

Fin juin 2016, L’ARCEP mettait un terme aux longues discussions sur la fin de l’itinérance mobile :

Bouygues Telecom avait attaqué cet accord pour « entente » devant l’Autorité De La Concurrence. Bouygues avait également formé deux recours devant le Conseil d'Etat à l'encontre de l'ARCEP et souhaite faire annuler les lignes directrices énoncées par l’ARCEP au printemps.

Fin octobre 2016, Bouygues Telecom avait retiré sa plainte contre Free et Orange avec demande de mesures conservatoires, déposée en juin 2016 auprès de l'Autorité de la concurrence. Le dossier devrait être instruit malgré tout, mais sur le fond et devrait donc traîner en longueur.

Et donc, selon Les Echos, Bouygues vient de se désister sur le fond. 6 ans après le démarrage de Free dans le mobile, Bouygues n’a plus de cartes pour mener sa guérilla juridique. De fait, celle-ci n’aura donné que de très maigres résultats.

Après l'itinérance, Orange et Free pourraient trouver un accord afin de mutualiser une partie des nouvelles infrastructures suite à l'accord signé vendredi entre les quatre opérateurs de téléphonie mobile et l'Etat afin d' assurer une meilleure couverture en France, c'est en tous cas ce que suggère La Tribune (16/01). Bref, l'histoire n'est peut-être pas terminée.


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

#2938 Aujourd'hui 07:20:25

Hammett
Avant FONO j'avais une vie
Lieu: Bois-Colombes
Date d'inscription: 29-05-2008
Messages: 37571
Site web

Re: Parts de marché dans l'ADSL & autres chiffres

Brèves du PIF (Paysage de l'Internet Français) - n°270

SFR & M6
Après TF1 en novembre, SFR a signé un accord avec M6. Le groupe M6 réclamait depuis plusieurs mois l'augmentation de la redevance versée par les opérateurs télécom diffusant ses chaînes via leurs box. En échange de cette augmentation, SFR aura accès à de nouveaux services et fonctionnalité et M6 va prendre à sa charge les coûts de transport de ses chaînes en clair.

Le montant de l’accord n’a pas été donné. Pour TF1, selon Les Echos SFR pourrait avoir accepté de payer entre 20 et 30 millions d'euros contre un peu moins de 10 millions auparavant. L’objectif de TF1 est d’obtenir de la part des opérateurs télécoms une centaine de millions d’euros. L’accord avec SFR démontre que l’on va certainement être très loin du compte...

Reste à TF1 un accord avec Bouygues, Canal+, Free et Orange. Selon Les Echos (05/01), l’accord entre Orange et TF1 arrive à échéance le 31 janvier et l’accord avec M6 serait lui terminé depuis le 31 décembre. Pour rappel, Orange a assigné TF1 devant le Tribunal de commerce (Les Echos, 19/07).

M6 a lui signé un accord avec Orange, Bouygues Telecom, Canal+ et  SFR, mais pas avec  Free. Selon Les Echos (18/01), au total M6 devrait toucher au moins une quinzaine de millions d’euros de revenus supplémentaires. Combien pour TF1 ?

Free s’était aussi positionné publiquement contre cette demande (Le JDD du 04/2017) "on relève que le groupe TF1 occupe gratuitement les fréquence TNT alors que les opérateurs ont payé 3 milliards d’euros les mêmes fréquences (...) La contrepartie c’est que les chaines doivent être accessibles à tous les français. Par ailleurs, 55% des foyers reçoivent la télévision par autre chose que la TNT. Si TF1 veut passer vite sous les 10% de part de marché…".

En attendant, SFR a pris (un petite) avance psychologique sur la concurrence, mais cela ne suffira pas à redresser ses positions.

Vivendi en Italie : Telecom Italia
Afin de faciliter un accord avec le gouvernement Italien, Telecom Italia (TIM) examine la question de savoir si une séparation de son réseau de téléphonie fixe s'impose. Cet actif serait valorisé à 15 milliards d’euros. Un plan stratégique pourrait être présenté en mars. Vivendi pourrait garder une partie du capital.

Le ministre italien du Développement économique s’est également prononcé pour la séparation en deux sociétés distinctes. En précisant que la première entité gérerait les services et la seconde s'occuperait du réseau. Mais il reste à définir le paramètre du réseau, donc c’est une opération complexe qui prendra du temps. Il faut également rappeler que des élections législatives sont prévues en mai 2018, ce qui laisse peu de temps pour conclure un accord.

Pour rappel, le gouvernement italien vérifie si Vivendi a bien respecté les règles lors du resserrement de son contrôle sur la direction de Telecom Italia. En cas d’infraction, Vivendi risque une amende de 300 millions d’euros. Le ministre s’est déclaré pour un réexamen de cette amende en cas d’accord.

Pour rappel, Le gouvernement va utiliser les pouvoirs spéciaux que lui offre la loi dans les secteurs stratégiques : "avec proportionnalité et d'une façon raisonnable". Afin de prendre des "mesures visant à l'adoption de plans de développement adéquats, d'investissement et de manutention sur les réseaux et les équipements, afin d'assurer leur fonctionnement et intégrité, garantir la continuité de la fourniture du service universel et satisfaire l'intérêt général à moyen et long terme"

Le PDG de Telecom Italia vient d’annoncer qu’il était ouvert au dialogue (La Tribune, 31/10) : "Nous acceptons le 'golden power' et nous discuterons de ce qui nous est demandé, en prenant soin que les interventions à mener ne nuisent pas à l'activité opérationnelle de l'entreprise".

Vivendi serait prêt à céder son réseau fixe même si ce réseau est qualifié de "stratégique", "Parler de séparation du réseau a un sens si cela a pour objectif d'améliorer encore la neutralité et de parvenir plus rapidement à la digitalisation du pays".

Vivendi en Italie : Telecom Italia
D’autre part, Vivendi veut tailler dans ses effectifs de Telecom Italia. L’opérateur emploie 60 000 personnes en Italie et entre les départs à la retraite et les contrats non reconduits, c’est presque 10 000 emplois qui pourraient être supprimés (La tribune, 08/01).

Dernière modification par Hammett (Aujourd'hui 07:34:29)


"La prédiction est un exercice très compliqué, spécialement quand elle concerne le futur." Niels Bohr, Prix Nobel de physique 1922 - Open Play Fibre - @hammett_92

Hors ligne

 

Powered by PunBB
© Copyright 2002–2008 PunBB